Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Refuge LPO - Université Angers

Refuge LPO

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

La Faculté des sciences devient refuge LPO

L'un des nichoirs installés près du bâtiment K de la Faculté des sciences

Une mare, des nichoirs… À l’initiative d’étudiant.e.s de licence, la Faculté des sciences a signé une convention avec la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Le site est officiellement reconnu comme un « refuge LPO », participant à la préservation de la biodiversité. C’est une première pour une université en Pays de la Loire.

Le premier refuge LPO a vu le jour en 1912. On en compte aujourd’hui près de 20 000 en France, le plus souvent chez des particuliers qui consacrent une partie de leur propriété, du simple balcon au grand terrain, à la préservation de la nature. Des centaines d’entreprises ont également adhéré à la démarche, ainsi que deux universités, dont , dernière en date, celle d’Angers.

L’histoire débute il y a plus d’un an. Anaëlle Neau, bénévole à la LPO Anjou et étudiante en licence Sciences de la vie et géosciences, soumet à l’équipe pédagogique qui l’entoure (et notamment Stéphane Sourice) l’idée de créer un refuge LPO sur le site de la Faculté des sciences. À la rentrée, trois autres étudiant.e.s de la même licence, Louise, Audrey et Antoine, se joignent à elle pour faire avancer le projet, rapidement soutenu par le directeur des services de la composante Michel Veron et le directeur de la faculté Philippe Leriche, qui s’emploient à faire tomber les barrières matérielles et administratives.

Espaces préservés

Des nichoirs pour mésanges bleues ont été installés
Le refuge LPO a été officiellement inauguré le 17 mai 2017. Il s'étend sur tous les espaces verts qui entourent les bâtiments de la Faculté. Des espaces préservés : « Depuis 2012, l’Université d’Angers a banni tous les produits phytosanitaires pour l’entretien de ses 120 000 m3 d’espaces verts, rappelle Catherine Bernard, vice-présidente de l’UA, responsable de la licence professionnelle Agriculture biologique. Nous pratiquons aussi des fauches raisonnées, c’est-à-dire que les tontes ne sont pas systématiques, ce qui préserve la biodiversité ».

La faculté s’est engagée à respecter la charte « Mon établissement est un refuge LPO ». Cinq nouveaux nichoirs ont été installés dans les arbres, pouvant accueillir des mésanges ou des grimpereaux, ainsi que trois mangeoires : deux pour les oiseaux, une pour les écureuils « nombreux sur le site, s’amuse Anaëlle. On les voit parfois passer quand on est en cours ».

Derrière la serre de la faculté, une mare a été creusée « à la force des bras » le 30 avril dernier, par les étudiant.e.s impliqué.e.s et des personnels de l'UA (Bénédicte Dubuc, responsable de la serre, Stéphane Sourice, Damien Picard). Elle servira de site de reproduction aux amphibiens et d’abreuvoir aux petits mammifères et oiseaux. « Elle s’inscrit dans un réseau de mares proches les unes des autres. Il y a celle de l’IUT, par exemple, à moins de 500 mètres. On espère qu’elle accueillera des batraciens. Et des insectes. J’ai déjà vu des demoiselles, qui ressemblent à des libellules ».

Philippe Leriche, directeur de la Faculté, et trois des étudiantes impliquées dans le projet
Action citoyenne et pédagogique

L’action s’inscrit dans une volonté de sensibiliser l’ensemble des étudiants et personnels à la sauvegarde de la biodiversité. Elle s’accompagne d’un volet pédagogique piloté par un enseignant-chercheur, Damien Picard, à destination des filières de biologie de la Faculté des sciences. « Par exemple, dans notre parcours de licence 3, Biologie des organismes et des populations, les étudiants ont besoin de compléter les cours théoriques par des observations de terrain, indique Anaëlle. Avec la mare, ce sera plus facile ». Elle servira également de support aux activités et visites organisées par l’association étudiante Pegazh.

Commentaire de Frantz de Germain posté le 24 mai 2017 à 09:15

Bonjour,

bravo pour cette excellente initiative :-), en espérant que ça

incite des gens à créer leur propre refuge LPO (https://www.lpo.fr/refuges-lpo).

Existe-t-il un contact, une liste de diffusion pour ce projet ?

Cordialement.

PS : le lien vers Damien Picard n'est pas bon.

Commentaire de Université d'Angers posté le 29 mai 2017 à 09:41

Bonjour,

Le lien vers Damien Picard a été réparé. Vous trouverez sur sa page son contact.

Cordialement

*
*
*

Retour sur la création de la mare

La mare a été creusée le 30 avril
Etudiant.e.s, personnels et membres de la LPO se sont impliqué.e.s
De gauche à droite : Stéphane et Damien (personnels UFR Sciences), Rémy, Louise, Antoine, Thibault, Annaëlle (étudiants UFR Sciences)
La mare terminée