Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Arbre de la Fraternité - Université Angers

Histoire

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Un arbre symbole de la Fraternité entre les peuples

Une plaque a été aposée devant l'Arbre de la Fraternité entre les peuples

Du 12 au 16 mai, 22 étudiants d'Histoire sont partis en Allemagne, sur les traces de la Déportation et du régime nazi. A leur retour, un arbre symbolisant la Fraternité entre les peuples a été planté sur le campus de Belle-Beille.

Tout a débuté en mars 2013. Roger Poitevin, fils de déporté, présente les actions menées par l'association qu'il préside, AFMD 49, lors d'une conférence organisée à l'Université d'Angers. Les étudiants présents l'interpelle, s'interroge sur le caractère mémoriel, émotionnel, voire militant de sa transmission sur la Déportation, éloignée d'une approche historique des faits qui se veut objective. « La mémoire, qui s'incarne dans ce qu'on appelle les témoins, est complémentaire de l'Histoire, analyse Yves Denéchère, professeur d'histoire contemporaine, membre du Cerhio. Mais ce sont deux choses différentes ».

De cette confrontation intellectuelle naît un projet, porté par les étudiants : celui d'un séjour en Allemagne, où ils pourront physiquement se confronter à ce que fut la Déportation. Pour préparer ce voyage, une journée d'études sur les camps est organisé en mars dernier. En avril, deux rescapés viennent témoigner de leur parcours.

"Ils ont vu"

Le 12 mai, 22 étudiants en master ou doctorat, accompagnés d'Yves Denéchère et Roger Poitevin, atterrissent à Berlin. Ils y visitent le quartier général du haut commandement nazi (musée-mémorial « Topographie de la terreur »), et se rendent sur les vestiges des camps de Ravensbrück et de Sachsenhausen. « Ils ont vu les miradors, les barbelés, les fours crématoires, énumère Roger Poitevin. Ils ont pu mesurer le calvaire de millions de personnes ». « Même si j'étais déjà conscient de l'horreur que c'était, avoue Antoine Godet, qui a débuté une thèse sur la symbolique fasciste, ce voyage m'a apporté beaucoup au niveau des connaissances historiques, et a été fort – ce qu'un historien ne devrait pas dire – en émotions. Surtout à Ravensbrück ».

Le 22 mai, plus de 69 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, à quelques jours des élections européennes, les différents protagonistes se sont retrouvés sur le campus de Belle-Beille. Un arbre symbolisant la Fraternité entre les peuples a été planté, par des déportés, des étudiants et des enseignants, à deux pas de la Maison des sciences humaines. « Il puisera sa vie, a indiqué Roger Poitevin, dans de la terre angevine mêlée à la terre que les jeunes ont ramenée des camps ».

La cérémonie en images

La cérémonie, présidée par Roger Poitevin et Didier Peltier, associait des étudiants et des déportés
De la terre des camps a été déposé au pied de l'arbre
Yves Denéchère, l'un des artisans de cette initiative
Une plaque a été dévoilée

Le voyage en images

Le départ, le 12 mai 2014 (© Maxime Roger)
Direction Berlin (© Roger Poitevin)
Au programme des visites : le musée-mémorial "Topographie de la Terreur" (© Roger Poitevin)
(© Angélique Martin)
(© Maria Lucia Toma)
13 mai : arrivée au camp de Sachsenhausen (© Maxime Roger)
Sur la grille d'entrée... (© Maria Lucia Toma)
(© Angélique Martin)
(© Angélique Martin)
(© Roger Poitevin)
(© Roger Poitevin)
(© Emmanuelle Duault)
(© Angélique Martin)
Le groupe a recueilli de la terre, mélangée à la terre angevine lors de la plantation de l'arbre de la Fraternité entre les peuples (© Maxime Roger)
(© Emmanuelle Duault)
(© Gustavo Acosta)
(© Yamily Mège)
Recueillement à "Sachso" (© Gustavo Acosta)
14 mai : visites dans Berlin (© Angélique Martin)
Les vestiges du mur (© Angélique Martin)
(© Pauline Boivineau)
La "Nationalgalerie" à Berlin (© Emmanuelle Duault)
(© Gustavo Acosta)
(© Gustavo Acosta)
15 mai : arrivée à Ravensbrück (© Emmanuelle Duault)
(© Angélique Martin)
(© Roger Poitevin)
(© Maxime Roger)
(© Emmanuelle Duault)
(© Roger Poitevin)
(© Gustavo Acosta)
(© Gustavo Acosta)
Cérémonie à Ravensbrück (© Gustavo Acosta)
(© Roger Poitevin)
16 mai : retour vers la France et Angers (© Gustavo Acosta)
*
*
*

Verbatim

La cérémonie a été présidée par Roger Poitevin, à la tête de l'AFMD 49, et Didier Peltier, vice-président de l'UA en charge des études et de la vie étudiante. Voici quelques extraits de son discours :

  • "Parmi les missions de l'université, deux sont, de près ou de loin, en lien avec le concept de rapprochement des pays et donc des communautés : la première concerne la participation à la construction de l'Espace européen de l'enseignement supérieur et de la recherche, et la seconde, la coopération internationale. L'arbre de la Fraternité est un symbole fort de la réalisation de ces missions et il me semble porteur de l'identité de notre établissement et des activités qui sont les nôtres"

  • "L’Université d'Angers est un lieu de rapprochement entre les peuples : 12 % d'étudiants étrangers, 109 nationalités, 138 accords bilatéraux, plus de 200 universités partenaires dans le cadre d'Erasmus"

  • "Je crois que l'Université d'Angers peut se féliciter de former des étudiants citoyens du monde"

  • "La collectivité doit travailler sur la mémoire, pour que ces événements tragiques ne soient pas oubliés. Je voudrais assurer les déportés que, pour leurs descendants, la mémoire est vive et forte, et que nous poursuivrons le travail de transmission du souvenir de manière déterminée"