Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Journée Mondiale du Bonheur 2018 - Université Angers

Journée Mondiale du Bonheur 2018

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Journée mondiale du bonheur

Le 20 mars 2018

Les programmes EnJeu[x] et BonDroit vous proposent des animations ludiques et interactives dans le hall de la Faculté de droit, d'économie et des gestion de l'Université d'Angers :

 

13h-15h

Venez participer à une expérience en neurosciences avec OLBEE et HAPPY&

18h

Conférence de Jean Zermatten : Les droits de l'enfant : bien-être, intérêt supérieur ou bonheur de l'enfant ?

Toute la journée

Coins vidéos, exposition "Promenons-nous dans les droits" proposée par le programme EnJeu[x], mur d'expression etc.

Les droits de l'enfant : bien-être, intérêt supérieur ou bonheur de l'enfant ?

Conférence de Jean Zermatten

Le 20 mars 2018

 

Dans le cadre de l'édition 2018 de la Journée Mondiale du Bonheur, les programmes
EnJeu[x] - Enfance et Jeunesse et BonDroit : Bonheur et Droit
vous convient à une conférence intitulée 

 

Les droits de l'enfant : bien-être, intérêt supérieur ou bonheur de l'enfant ?

 

Les droits de l'enfant sont une réalité nouvelle exprimée par cette locution souvent mal comprise ; ils consacrent le nouveau statut de l'enfant, sujet de droits qu'il peut exercer de manière progressive, jusqu’à l’autonomie totale, selon son âge et  sa maturité.
Ces droits sont-ils en phase avec ce que l'on a appelé le bien de l'enfant ? Ou sont-ils plutôt produits par l'appellation "intérêt supérieur de l'enfant", concept que l'on critique pour vouloir tout et rien dire ? Peut-on mesurer les différentes situations et affirmer que l'on agit pour le bien ou dans l’intérêt de tel enfant, ou groupes d'enfants?
Enfin, se préoccupe-t-on du bonheur de l'enfant ? Ou celui-ci est-il implicitement caché dans les replis du bien-être et dans les volutes de l'intérêt supérieur  ?  Autrement dit les professionnels se préoccupent-ils surtout d'un statut juridique ou alors d'un état bio-psycho-social à atteindre, voire plus d'un certain idéal ?

 

Le 20 mars 2018
18h
Amphi Volney - Faculté de Droit, d'Economie et de Gestion, Université d'Angers
Entrée Libre

 


Né en 1948, Jean Zermatten, juriste suisse, a accompli l’ensemble de sa riche carrière professionnelle au service des droits de l’enfant. C’est à l’Université de Fribourg, Suisse, qu’il obtient sa licence de droit, et c’est dans ce même canton qu’il fait ses premières armes comme juge des mineurs. Une fonction qu’il occupera ensuite dans le canton du Valais, de 1980 à 2005. Pionnier internationalement reconnu pour son engagement en faveur de l’étude et de la mise en oeuvre de la justice juvénile, Jean Zermatten a été membre pendant de nombreuses années du Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, un comité qu’il a d’ailleurs présidé. Il est aussi connu comme le fondateur, en 1995, de l’Institut international des droits de l’enfant (IDE), qui a son siège à Sion. Cette entité, fruit de la collaboration entre l’Association internationale des magistrats de la jeunesse et de la famille (AIMJF) et l’Institut universitaire Kurt Bösch, a grandement contribué à la promotion du texte de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et à la formation académique dans ce domaine dans plus de vingt pays. Sous l’égide de Jean Zermatten, l’IDE a par ailleurs ouvert une antenne à Genève pour mieux développer ses activités auprès des agences onusiennes et des instances judiciaires internationales.