Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Nouveau doyen - Université Angers

Il dirigera la Faculté de droit, d'économie et de gestion

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Christophe Daniel, nouveau doyen

Christophe Daniel, MCF en économie et doyen de la Faculté de droit, d'économie et de gestion

Christophe Daniel succède à Michèle Favreau à la tête de la Faculté de droit, d'économie et de gestion de l'Université d'Angers. Maître de conférences en économie, le nouveau directeur s'appuiera sur trois vice-doyens et une organisation interne repensée. Objectif : faire encore progresser la Faculté, dans plusieurs domaines.

Comme elle s'y était engagée, Michèle Favreau passera les rênes après un seul mandat de 5 ans à la tête de la Faculté de droit, d'économie et de gestion (3 000 étudiants et une centaine de personnels enseignants-chercheurs et administratifs). Le conseil de gestion de la composante de l'UA a choisi son remplaçant : Christophe Daniel, unique candidat pour ce poste chronophage. Depuis, l'actuelle et le futur doyens collaborent activement en vue de la passation officielle de pouvoir, qui aura lieu à quelques jours de la rentrée, le 1er septembre 2015.

Comme Michèle Favreau, Christophe Daniel, 50 ans, est économiste. Originaire d'Angers, il connaît bien l'université qui l'a accueilli comme étudiant d'abord, puis en tant que maître de conférences à partir de 2002. L'enseignant-chercheur s'est impliqué dans le fonctionnement de sa composante : il siège au conseil de gestion de la faculté, dirige le département Économie depuis 2008, est membre du comité directeur du Groupe de recherche angevin en économie et management... Christophe Daniel est aussi présent dans les instances centrales. Il siège depuis presque 6 ans au sein de la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU).

« Ces différentes expériences m'ont apporté une certaine connaissance – toujours perfectible – du fonctionnement de la faculté et de l'université en général, concède-t-il. Et je crois que c'était essentiel. Les fonctions d'un doyen se sont complexifiées depuis la loi sur l'autonomie des universités. C'est devenu une tâche très lourde, et il est difficile de s'y engager sans connaissances préalables ».

Trois vice-doyens

Pour mener à bien sa mission, Christophe Daniel s'appuiera sur trois vice-doyens (dont les noms seront officiellement connus après le conseil de gestion de la faculté mi-septembre) : un assesseur à la pédagogie, une vice-doyenne en charge des relations internationales, et, nouveauté, un vice-doyen chargé des relations et partenariats avec le monde économique et les collectivités. Car c'est l'une des ambitions du nouveau doyen :

  • « Accroître la visibilité de la faculté à l'extérieur, notamment vis-à-vis des entreprises et des institutions ».

D'autres priorités figurent sur sa feuille de route, qui « s'inscrit dans le prolongement de l'action de Michèle Favreau »  :

  • Améliorer « la réussite et l’insertion professionnelle de tous les étudiants », en accompagnant les plus faibles grâce à des modules de remise à niveaux par exemple, mais aussi les meilleurs, en leur proposant des parcours d’excellence, « comme les doubles-licences et peut-être bientôt des cursus type CMI ».
  • Renforcer l'offre de formation et la recherche « dans chacune de nos trois disciplines qui tendent à s'effacer au profit de la pluridisciplinarité. Avant d'être transdisciplinaire, il faut être bon dans son domaine. Non pas pour se renfermer sur soi, mais pour mieux s'ouvrir aux autres ».
  • Relever « le défi des innovations pédagogiques, de la formation en alternance, de la modularisation des formations », tout en « réfléchissant à notre nouvelle offre de formations qui doit être déposée en octobre 2016 au ministère ».
  • Développer les relations internationales, « notamment avec les pays francophones ».
Trois départements

C'est une autre des évolutions initiées par Christophe Daniel : le nombre de départements diminue, de cinq actuellement à trois (les trois disciplines). L'Institut d'études judiciaires (IEJ), qui formait un département à part entière, va intégrer celui de Droit. Idem pour l'École supérieure d'économie et de management des patrimoines (Ésémap) qui entrera dans le giron du département d'Économie.

*
*
*

Son parcours

Christophe Daniel a obtenu une maîtrise (bac + 4 ) à la Faculté de droit, d'économie et de gestion de l'Université d'Angers, alors localisée sur le campus Belle-Beille. Il décroche ensuite un DEA à l'École des hautes études en sciences sociales de Paris. Reçu à l'agrégation en 1994, il soutient l'année suivante à l'Université d'Orléans, une thèse sur les relations entre salaires et conditions de travail, et y enseigne jusqu'en 2002, date à laquelle il revient à l'UA.

Spécialisé en économétrie appliquée, l'enseignant-chercheur est directeur du département Économie de sa faculté depuis 2008, co-responsable d'un des axes de recherche du Granem, et expert auprès de l'autorité nationale d'évaluation scientifique (AÉRES, puis HCERES). Il préside depuis 2011 la section locale de la CNU en économie.