Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Jean-Paul Costa à l'UA - Université Angers

Droit privé

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Jean-Paul Costa, parrain du master 2 Droit et pratique de la procédure

Jean-Paul Costa, ex-président de la Cour européenne des droits de l’Homme

Jean-Paul Costa, ancien président de la Cour européenne des droits de l’Homme, a tenu une conférence à l'Université d'Angers. Étaient notamment présents les 20 étudiants de master 2 Droit et pratique de la procédure qu'il parraine.

Plus de 70 personnes ont assisté à l'intervention de Jean-Paul Costa, au sein de la Faculté de droit, d'économie et de gestion, sur « La saisine de la grande chambre de la Cour européenne des droits de l'Homme ». Un sujet au cœur de l'actualité : quelques heures auparavant, la CEDH avait demandé en urgence le maintien en vie de Vincent Lambert, contre l'avis du Conseil d’État français. C'est l'un des rôles de l'institution, créée en 1959 pour faire respecter les droits fondamentaux inscrits dans la Convention européenne des Droits de l'Homme : se prononcer sur « des questions importantes d'un point de vue juridique ou sociétal », comme l'a rappelé Jean-Paul Costa, à la tête, de 2007 à 2011, des 47 juges qui siègent à Strasbourg. « L'homme, la femme de la rue peuvent se demander pourquoi, de quel droit la CEDH va prendre le contre-pied des décisions de notre État ? Il faut leur rappeler que ce sont les États qui l'ont voulue, qui ont créé la Cour, qui désignent les juges. Donc, sa légitimité est toute aussi importante qu'une juridiction nationale », a estimé celui qui préside aujourd'hui l’Institut international des droits de l’Homme René-Cassin. Tout en reconnaissant : « Ce que les gens ne sont pas prêts à accepter aujourd'hui, c'est la supra-nationalité ».

La conférence, émaillée de rappels d'affaires célèbres (Siliadin contre France sur l’esclavage moderne, ou Öcalan contre Turquie sur l'équité du procès et la peine de mort...), a été suivie d'échanges tout aussi riches avec le public composé, pour partie, des 20 étudiants de master 2 Droit et pratique de la procédure.

Premier parrain

Pour la première fois, une promotion de ce master est parrainée par une personnalité. Approché, a rappelé Caroline Renaud-Duparc, responsable du master, « pour la façon dont il a fait avancer le droit, et le dialogue entre les juges nationaux et internationaux », Jean-Paul Costa a accepté d'apporter sa caution à la formation qui s'achèvera en septembre 2014. « L'article 6 de la Convention européenne des droits de l'Homme [sur l'équité de la justice] n'est pas le seul article important, a lancé Jean-Paul Costa à ses filleul(e)s. L'article 8 [sur la vie privée] est tout aussi essentiel. Donc, je vous souhaite aussi une très bonne réussite sur le plan personnel et familial ».

Ce parrainage est « une première qui doit se renouveler, a estimé Michèle Favreau, doyen de la Faculté de droit, d'économie et de gestion. Je fais le vœu que nous ayons, les prochaines années, des parrains aussi illustres que vous, Monsieur Costa ».

Un master qui fait le lien entre l'université et le monde professionnel

Créé en 2005, le master baptisé depuis 2012 « Droit et pratique de la procédure » (ex-M2 Contentieux) prépare à la profession d'avocat, aux métiers de l'institution judiciaire (magistrat, greffier), d'huissier, ou encore de l'administration pénitentiaire...

« C'est un master très professionnalisant, avec un enseignement assuré par de nombreux intervenants professionnels », explique Anne-Sophie, 23 ans, qui pense passer le concours d'accès à l’École nationale de la magistrature. Idem pour Aurore, 24 ans, qui suit également ce master : « On doit à la fois réaliser un mémoire, donc quelque chose de théorique, et un stage pour une approche pratique de ce qu'on peut apprendre ».

« Ce M2 est vraiment le lien entre l'université et la profession », confirme Caroline Renaud-Duparc, responsable de la formation, qui souligne « la très bonne insertion professionnelle » des diplômés.

*
*
*

Conférences de l'IEJ

La venue de Jean-Paul Costa a conclu le cycle d'une demi-douzaine de conférences ouvertes au public, proposées sur l'année scolaire 2013-2014, par l'Institut d'études judiciaires de l'Université d'Angers. « Nous faisons intervenir des personnalités qui ne sont pas forcément des universitaires, ni des juristes, sur des sujets d'actualité ou d'importance », explique la directrice de l'IEJ, Caroline Renaud-Duparc.

Accessible à partir de bac + 4, l'IEJ a préparé cette année une centaine d'étudiants aux examens et concours d’accès aux carrières judiciaires (examen d’entrée au Centre régional de formation professionnelle des avocats, concours d’accès à l’École nationale de la magistrature...). L'enseignement, assuré par des universitaires et intervenants du monde professionnel (avocats, magistrats...) est complété par des entraînements et mises en situation.

Télécharger la plaquette de présentation de l'Institut d'études judiciaires