Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Concours Charles-Rousseau - Université Angers

Droit international

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Une plaidoirie en faveur du concours Charles-Rousseau

Les étudiants qui ont pris part au concours Charles-Rousseau 2014 sont revenus sur leur expérience

Les quatre étudiants qui ont représenté l'Université d'Angers lors de l'édition 2014 du concours international de procès simulé Charles-Rousseau ont partagé leur expérience, le 16 septembre, à la Faculté de droit. Objectif : convaincre une nouvelle équipe de s'engager dans cette aventure « unique ».

Unique, car un étudiant ne peut s'inscrire qu'une seule fois à ce concours francophone de droit international. Depuis 1985, il met aux prises des établissements d'enseignement supérieur du monde entier. Ils étaient 26 (de France, du Brésil, du Congo...) pour la 30e édition, disputée sur l'année universitaire 2013-2014. Le principe ? En septembre, les organisateurs dévoilent un cas imaginaire, le plus souvent un différend entre deux États fictifs. Chaque équipe, composée de quatre membres, dispose alors de 6 mois pour rédiger deux mémoires, d'une trentaine de pages, prenant chacun la défense d'une des parties. Un mois plus tard, viennent les confrontations orales, sous forme de tournoi, obligeant les équipes à sans cesse adapter leur plaidoirie en fonction de l'adversaire. « Ça apprend à travailler dans l'urgence et l'efficacité », résume Joseph Reeves qui, avec Vincent Böck, Vincent Barbaud et Anaïs Auger ont défendu les couleurs de l'UA, en mai 2014, près de Montréal.

« Un travail d'avocat »

L'équipe 2014 : Maëva Szlovick (coach), Vincent Barbaud, Joseph Reeves, Vincent Böck et Anaïs Auger
Les trois garçons, alors en master 2 Droit international et européen, et la jeune femme, en master 1, ont pris la 11e place (sur 26) du classement général. « Honorable », reconnaissent-ils, pour une première participation, l'Université d'Angers n'ayant jamais aligné d'équipe auparavant.

Plus que le résultat, le quatuor retient la qualité des « rencontres » nées de cette participation. Une expérience « unique » aussi d'un point de vue professionnel. Le sujet de l'édition 2014, la régulation des émissions de gaz à effet de serre provenant de l'aviation civile, a amené les quatre étudiants, dont trois sont sortis du campus de Cholet, a travaillé « sur des sujets dont on n'avait absolument jamais entendu parler », avoue Vincent Böck. À travers la rédaction de mémoires, la préparation des plaidoiries, « c'est un véritable travail d'avocat qu'on a réalisé »,estime Joseph Reeves. « Ça apprend à travailler en équipe, complète Maëva Szlovick, la doctorante qui a coaché l'équipe angevine. C'est un très bon exercice également pour apprendre à parler en public. Et ça permet de développer un réseau, en nouant des liens avec les autres participants et les jurés ».

L'équipe qui a pris part au concours Charles-Rousseau 2014 est revenue sur son expérience
L'investissement personnel exigé n'a pas nui à leurs études. Tous ont été diplômés en fin d'année, et ont progressé « de manière spectaculaire en droit et à l'oral », note Bérangère Taxil, co-responsable du master 2 Droit international, présente le 16 septembre dernier aux côtés de l'équipe pour vanter les mérites du concours auprès des étudiants de droit.

Inscriptions

Officiellement ouvert aux L3, le concours est « davantage adapté aux niveaux master, 1 ou 2, avec un minimum de connaissances en droit international », poursuit l'enseignante.

Les candidats intéressés ont jusqu'à début octobre pour faire connaître leur envie de participer à la nouvelle édition, auprès de l'association Radie, le Réseau angevin de droit international et européen, dont l'un des buts est, entre autres, de supporter la participation d'une équipe au concours Charles-Rousseau (lire ci-contre).

Les phases finales de l'édition 2015 auront lieu en banlieue parisienne, à Sceaux. Le sujet, dévoilé d'ici fin septembre, pourrait avoir un lien avec le domaine de « l'espace ou des télécommunications », pronostique Joseph Reeves. Aujourd'hui doctorant, il s'est engagé à coacher la nouvelle équipe, en lui faisant partager son expérience.

Renseignements complémentaires :
radie.angers @ gmail.com

*
*
*

Radie : pour les étudiants en droit international

Crée en 2013 et présidé par Anaïs Auger, le Réseau angevin de droit international et européen (Radie) a pour ambition de créer un véritable « réseau entre les anciens et les nouveaux étudiants de l'Université d'Angers ayant pour intérêt commun le droit international et européen ».

Pour ce faire, l'association met en place un système de parrainage entre étudiants de master 1 et 2. Elle a lancé la création d'un annuaire des anciens étudiants, et propose une base de données contenant les mémoires des anciens étudiants, des bibliographies, des articles de doctrines...

L'association soutient les initiatives étudiantes, et notamment les équipes angevins inscrites au Charles-Rousseau, ou à tout autre concours du même genre.

Plus infos sur le site du Radie

A lire aussi

Retrouvez d'autres témoignages et informations sur l'équipe de l'UA du concours Charles-Rousseau dans l'UA Mag n°10 :