Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Frédéric Lopez - Témoignage - Université Angers

Frédéric Lopez - Témoignage

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Produire une émission à succès bâtie sur l'éthique, c'est possible

Frédéric Lopez
Frédéric Lopez, producteur et présentateur de l'émission télé « Rendez-vous en terre inconnue » était invité à la Faculté de droit, d'économie et de gestion le 20 octobre pour donner une conférence sur le thème « éthique professionnelle : une perspective d'avenir » dans le cadre de la journée Faculté-entreprise.

Son documentaire « Rendez-vous en Terre inconnue » s'inscrit dans une démarche empreinte d'éthique, tant du point de vue du fond que de la forme. Le témoignage de Frédéric Lopez sonne comme une invitation à faire rimer éthique et vie professionnelle, quel que soit son domaine d'activité. Éclairages sur les spécificités de ce programme conçu par Frédéric Lopez comme un « documentaire ethnologique ».

Démarche humaniste

Lorsqu'il évoque sa manière de produire l'émission « Rendez-vous en Terre inconnue », Frédéric Lopez préfère parler de « conscience » plutôt que d'éthique. Ce documentaire programmé sur France 2 tous les six mois en moyenne consiste à emmener une personnalité à la rencontre d'un peuple lointain et inconnu : Adriana Karambeu chez les Amharas (Ethiopie), Charlotte de Turkheim chez les Nénètses (Sibérie), Gérard Jugnot chez les Chipayas (Bolivie), Zazie chez les Korowai (Papouasie), Virginie Efira chez les Tsaatans (Mongolie), etc.

La manière de procéder est la même pour tous les « invités-vedettes » : ils ignorent leur destination jusqu'au décollage de l'avion. Une fois arrivés sur place après plusieurs jours de voyage, ils font la rencontre d'un peuple, accompagnés de l'équipe de tournage, d'interprètes et partagent la vie de ces populations 24h/24 pour découvrir qui ils sont. Ces rencontres « du moment présent » (les invités ne connaissent pas le programme des journées) se traduisent par un véritable « choc des cultures ».

Un regard positif sur le monde
photo de l'amphi rempli d'étudiants et de professeurs

À toutes les étapes de la construction du documentaire, Frédéric Lopez essaie de travailler de façon éthique. À commencer dans la prospection et le choix des régions-populations à visiter. « Nous cherchons toujours à filmer des peuples debout, fiers de leur culture. Je refuse que ces tribus créent un sentiment de pitié chez les téléspectateurs », explique Frédéric Lopez. Le rédacteur en chef de l'équipe part pendant des mois rencontrer les ethnies, discute des heures durant avec les villageois pour leur expliquer le principe de l'émission, recueillir leur avis.

Le producteur a crée son propre documentaire à contre-courant des pratiques habituelles. Abreuvé de documentaires depuis son plus jeune âge, il a remarqué que les reportages classiques se prêtent rarement au rire et sont souvent construits autour d'une voix de commentaires « omnisciente », objective. Sa démarche est bien différente, il a voulu réaliser une émission subjective où l'invité de marque donne en direct ses sentiments, émotions, sensations. Il tient à donner la parole aux peuples qui ont des choses à nous apprendre sur l'identité, le bonheur. Frédéric Lopez est frappé de constater que ces peuples de régions reculées, dépourvus de tout le confort moderne rient plus que nous, paraissent plus heureux.

Une autre exigence du producteur tient au choix des invités. Pas question pour lui d'emmener une personnalité qui voit dans cette aventure le moyen de valoriser son image plutôt que de rencontrer de manière sincère et désintéressée une autre culture. Les valeurs, la sensibilité et les motivations portées par ces « stars » déterminent les choix de Frédéric Lopez. Le producteur ne cache pas que leur notoriété sert à susciter l'intérêt des téléspectateurs vers ces peuples lointains.

Être authentique, ne rien cacher

Donner la parole à ceux que l'on écoute rarement, voilà bien le fil directeur des « Rendez-vous en Terre inconnue ». Partir à la rencontre des Tsaatans en Mongolie, des Lolo noirs du Vietnam, ou encore des Bajaus d'Indonésie implique une véritable immersion dans la vie quotidienne des peuples visités. Ces moments partagés créent un sentiment d'appartenance au genre humain. « L'Homme et ses sentiments sont les mêmes qu'on soit à Paris ou au fin fond de la Papouasie », témoigne Frédéric Lopez.

image de Gérard jugnot avec un Chipaya de bolivie projetée derrière Frédéric Lopez
Des liens forts se créent malgré la barrière de la langue et le fossé des civilisations. Pour les européens, l'adaptation à la vie en forêt tropicale, en steppe mongole ou sur la banquise sibérienne est brutale, le silence des grands espaces déconcertant. De l'autre côté, il est inutile de dire à une ethnie qu'en France Adriana Karambeu est mannequin, un mot qu'ils ne connaissent pas. Il faut alors leur expliquer que son métier consiste à « être belle » ! Toujours partager avec bienveillance, voilà la ligne éthique de l'équipe de tournage.

La question de l'éthique pose parfois des dilemmes à Frédéric Lopez. Doit-il montrer des photos de France lorsque les peuples rencontrés demandent à savoir comment est l'endroit où il vit ? Le producteur préfère ne pas leur parler de sa culture européenne. Même s'il reconnaît que cette position est contestable, car la franchise et la sincérité voudraient que les échanges soient réciproques, il dit avoir fait ce choix pour les « protéger ». Il accepte en revanche de leur montrer des photos d'autres ethnies du globe. Ils constatent ainsi que d'autres vivent de façon similaire à eux.

L'équipe de tournage est soucieuse de respecter à la fois les personnalités invitées et les peuples visités dans la façon de filmer. Pas question ni d'en faire des « animaux de foire » ni de zoomer excessivement sur les larmes versées par l'un ou l'autre lors d'un moment émouvant. Une centaine d'heures de rush sont ramenées après chaque expédition : toutes les activités sont filmées, même si l'invité peut faire jouer son droit de « final cut » s'il souhaite ne pas montrer certaines scènes. Contrairement à d'autres documentaristes qui taisent les contacts des ethnies avec « l'extérieur », Frédéric Lopez a choisi de ne pas éluder cette question : ses émissions font aussi parler les jeunes générations ayant quitté leurs tribus pour aller étudier à l'université.

Et l'éthique après le reportage ?

Parce que le moment des adieux avec l'ethnie rencontrée se traduit toujours par un « déchirement » émotionnel, Frédéric Lopez a toujours refusé de partir en reportage plus de deux fois par an. Étant donné le vif succès remporté par son émission (élue programme préféré des français en 2010 – 8 millions de téléspectateurs par épisode), certaines chaines lui ont proposé de dupliquer l'émission à l'international. Il n'a pas accepté par souci de « préserver » ces populations de la visite de trop nombreuses équipes de tournage, qui ne s'inscriraient pas forcément dans une démarche éthique.

Mais quid de l'après-tournage ? Chacun retourne à sa vie d'avant sans que rien ne change ? Certains reprochent à Frédéric Lopez de ne pas donner suite à ces « rendez-vous ». « L'émission se veut humaniste, mais l'humanitaire n'est pas mon métier », insiste-t-il. Ce qui ne veut pas dire que l'équipe de production ne construise rien après ses séjours en « Terre inconnue ». Le premier geste consiste à retourner sur place pour visionner le film avec l'ethnie.

La question s'est posée de rémunérer les tribus sur les recettes de diffusion des documentaires. Mais l'équipe a opté pour une aide différente par crainte de faire dépendre le sort de ces populations au succès du documentaire, qui n'est pas éternel. Ainsi, l'équipe de « Rendez-vous en Terre inconnue » propose aux tribus de financer un besoin collectif en remerciement de leur accueil : construction d'un puits, fabrication de filets de pêche, etc. Dans chaque épisode, certains membres de l'ethnie sont plus présents à l'écran et l'équipe a choisi de verser à chacun une indemnité calculée en référence au salaire d'un professeur du pays. Mais l'équipe de « Rendez-vous en Terre inconnue » n'est pas seule à donner suite à la rencontre. Les artistes/personnalités partis avec Frédéric Lopez « parrainent » quasiment tous les populations rencontrées d'une façon ou d'une autre, et notamment dans le domaine de la scolarité.

Thérèse Rosset

Commentaire de Thomas posté le 31 octobre 2011 à 22:53

Une conférence sur l'éthique mise en avant par un Fréderic Lopez intéressé et intéressant. Merci pour l'organisation, c'était très bien!

Commentaire de Nicolas H posté le 2 novembre 2011 à 16:08

Outre sa démarche éthique, l'une des finalités de l'émission est quant même économique. Est-il suffisant de "proposer" cette rencontre à des peuples, qui ignorent tout de l'audimat, en échange d'un puit?

Commentaire de By Files posté le 7 décembre 2011 à 14:39

J'espère vraiment que les gens vont soutenir cette idée de Frédéric Lopez. A l'heure actuelle tous les spectacles que nous voyons à la télévision sont inutiles, voire nuisibles. Et les choses deviennent encore pires. Nous voyons la violence, le sexe, les criminels, les combats ... Je crois qu'il est possible de créer morale montre intéressant.

*
*
*

Prochain épisode de "Rendez-vous en Terre inconnue"

Il sera diffusé mardi 1er novembre à 20h35 sur France 2. Au programme, Frédéric Michalak chez les Lolos noirs dans le Nord-Est du Vietnam.