Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Emmanuel Rineau - Université Angers

Emmanuel Rineau

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

La carence martiale altère la fonction cardiaque par diminution de l’activité du complexe 1

La carence en fer, associée ou non à une anémie, est fréquente chez le patient insuffisant cardiaque et le traitement martial améliore les symptômes de ces patients. Les mécanismes expliquant les liens entre fer et fonction cardiaque sont encore mal compris. L’hypothèse physiopathologique principale est que la carence martiale pourrait être responsable d’une altération du métabolisme mitochondrial du cardiomyocyte, le fer étant un constituant essentiel à la production d’énergie dans la mitochondrie au sein des 4 premiers complexes de la chaîne respiratoire. L’objectif de cette étude était de vérifier cette hypothèse.
Nous avons développé un modèle murin de carence martiale sans anémie dans lequel nous avons observé une diminution des performances physiques sur des tests de nage et de course, et une diminution de la fonction ventriculaire gauche par échographie cardiaque par rapport à des souris contrôle. L’activité enzymatique du complexe 1 de la chaîne respiratoire mitochondriale du cardiomyocyte était diminuée significativement dans le cardiomyocyte des souris carencées, ce qui n’était pas le cas pour les autres complexes. Plus intéressant, les performances physiques, la fonction venticulaire gauche et l’activité du complexe 1 étaient normalisées chez les souris carencées après injection intrapéritonéale de fer.
Cette étude montre donc que la carence martiale, indépendamment de l’anémie, est responsable de diminutions des performances physique et de la fonction cardiaque, qui pourraient être liées à une diminution de l’activité du complexe 1 de la chaîne respiratoire. Ces anomalies sont corrigées après traitement martial, expliquant probablement l’efficacité de ce traitement chez le patient insuffisant cardiaque et renforçant encore son intérêt. Il reste à démontrer ce lien physiopathologique chez l’homme, ce qui fera l’objet de l’étude translationnelle MitoCardioFer (collaboration entre l’Institut MITOVASC et les services d’anesthésie-réanimation, chirurgie cardiaque et cardiologie).


PLUS D'INFOS

Télécharger l'article

*
*
*