Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Emilie Roger - Université Angers

Emilie Roger

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Lipid nanocapsules maintain full integrity after crossing a human intestinal epithelium model

Laboratoire MINT -Inserm U1066 / CNRS UMR 6021

La voie orale est la voie principale d’administration des médicaments. Cependant, certains principes actifs intéressants ne présentent pas les propriétés physicochimiques permettant leur administration par voie orale. C’est le cas des molécules peu solubles et/ou non perméables, appartenant à la classe II, III et IV de la classification biopharmaceutique (BCS). L’utilisation de nanovecteurs est une solution envisagée. C’est notamment le cas des nanocapsules lipidiques (LNCs) développées par le laboratoire MINT. Plusieurs travaux ont notamment démontré le potentiel de ces nanocapsules pour administrer par voie orale certaines molécules comme par exemple le Paclitaxel, le Sn38, le fondaparinux et le miltefosine.
Dans la présente étude, nous montrons, sur un modèle in vitro d’épithélium intestinal (cellules Caco-2), que les LNCs sont capables de franchir par transcytose les entérocytes. Pour cela, la technique du FRET (transfert de fluorescence) a été utilisée et a montré que la structure des LNCs n’était pas altérée par ce transport épithélial. Ce résultat est encourageant et laisse espérer que l’on puisse utiliser la voie orale, en remplacement de la voie intraveineuse, pour administrer et obtenir des nanovecteurs intacts dans la circulation générale.


emilie.roger @ univ-angers.fr

*
*
*