Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Arum italicum - Université Angers

Arum italicum

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Arum italicum

Une fleur nauséabonde ...

Au risque d'en décevoir certains, les fleurs n'ont pas pour but  dans la vie de terminer dans un vase au milieu de la table du salon ! Le parfum délicat qui s'en exhale  n'a  pas non plus comme objectif d'assouvir  notre plaisir olfactif. Une fleur n'est ni plus ni moins que l'organe sexuel de la plante. Les couleurs éclatantes des pétales ainsi que les molécules odorantes qui s'en dégagent permettent d'attirer les insectes. Ces derniers, à la recherche de nectar ou de pollen,  vont être responsables sans le savoir de la pollinisation des fleurs et donc de la formation de graines. Cependant, tous les insectes ne sont pas attirés par de subtiles fragrances.


Imaginons que vous soyez une petite mouche qui ponde ses œufs dans les excréments ou les animaux  en décomposition. Imaginons donc que vous soyez cette petite mouche (un peu naïve) qui se voit brusquement et irrésistiblement  attirée par une "agréable" odeur cadavérique ! En réalité, vous êtes bonnement attirée par le parfum d'une fleur d'arum (Arum italicum, une aracées). Vous vous posez alors sur une sorte de massue (spadice). Cette dernière est huileuse et vous glissez au fond d'un piège. Il vous est  impossible de remonter car des poils rayonnants autour de la massue vous en empêchent. Vous vous agitez dans tous les sens en piétinant les fleurs femelles. Comme c'est la deuxième fois que vous vous faites piéger, vous avez plein de grains de pollen (d'une autre fleur d'arum) accrochés à vos pattes et vous en déposez sans le savoir sur les fleurs femelles lors de vos mouvements de panique. Vous venez de rendre un précieux service à la fleur d'arum en effectuant sa  pollinisation. Votre aventure n'en est pas moins terminée pour autant. Preuve que l'arum vous est reconnaissante du service que vous lui rendez, elle secrète un liquide sucré sur les parois du piège vous permettant ainsi de vous maintenir en vie jusqu'au jour suivant. Puis, c'est au tour des fleurs mâles de s'épanouir. Malheureusement, vous êtes toujours retenue prisonnière par les poils raidis autour de l'axe de la fleur. Vous continuez donc à vous agiter dans tous les sens pour trouver une sortie et dans votre frénésie, vous vous encombrez de grains de pollen sur les pattes et le corps.  De mémoire de mouche, cela vous rappelle un souvenir !

Puis c'est la délivrance, les poils, qui vous emprisonnaient, sèchent. Vous pouvez enfin vous échapper mais en emportant avec vous une cargaison de pollen.  L'arum compte sur vous pour que vous renouveliez l'expérience sur une autre fleur d'arum.

 

Comment l'arum fait-il pour dégager cette odeur putride ?

Au moment de la floraison, la plante augmente son activité respiratoire qui a pour conséquence une augmentation de la température (jusqu'à 30 à 35°C). Cette élévation de température est nécessaire à l'émission des molécules odorantes  volatiles (putrescine, cadavérine, spermine, spermidine...) !