Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Un chercheur d’Angers soutenu par l’ARC - Université Angers

Un chercheur d’Angers soutenu par l’ARC

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Un chercheur d’Angers soutenu par l’ARC pour sa recherche de nouveaux traitements contre le glioblastome.

La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer remettra jeudi 12 octobre une subvention de 50 000 euros au chercheur Guillaume Bastiat qui travaille au sein de l’unité Micro Nanomédecines Translationnelles (MINT – INSERM U1066 / CNRS 6021) de l’Université d’Angers, une unité spécialisée dans les nanoparticules à visée médicale.


Résumé du projet : Le Gliadel® est un implant anticancéreux (disque biodégradable) qui se dépose dans la cavité tumorale suite à l’exérèse d’un glioblastome (GBM). Son utilisation a amélioré la médiane de survie mais elle reste encore faible due à des récurrences tumorales toujours présentes. Le traitement n’est pas spécifique avec une libération de la carmustine rapide et peu pénétrante. De plus, la forme n’est pas idéale quant à son ajustement dans la cavité de résection. Une thérapie locale post-exérèse du GBM est une bonne stratégie pour limiter ses récurrences. Par contre, il est crucial d’améliorer la spécificité du traitement et de prolonger la libération du principe actif.

Le laboratoire MINT (INSERM U1066 / CNRS 6021) a développé un hydrogel de nanocapsules lipidiques (NCLs) sans polymère permettant d’obtenir le gel. Les NCLs s’associent à la manière d’un collier de perles permettant la gélification. Le gel se dissout par libération progressive des NCLs jusqu’à obtenir des NCLs en suspension. Une forme gel s’appliquera de manière plus efficace sur les parois de la cavité, sans produit de dégradation lorsque la libération des NCLs sera totale. Le Paclitaxel ou d’autres agents thérapeutiques seront encapsulés dans les NCLs pour l’application chimiothérapeutique et afin de rendre les NCLs spécifiques des GBM, l’utilisation d’un peptide (le NFL-TBS.40-63) à leur surface sera envisagée, ayant déjà montré son efficacité de ciblage des cellules de GBM in vitro et in vivo.