fr | en

Séparés par des virgules

Un avant-goût de PluriPASS

Grâce à l’Association angevine du tutorat PluriPASS (2ATP) et à son dispositif Tut’0, des élèves de Terminales peuvent avoir une idée précise de ce qui les attend s’ils s’engagent dans des études de santé.

La première année des études de santé est réputée difficile, stressante. Difficile de se lancer dans cette aventure quand on n’a pas le sentiment d’avoir toutes les informations en mains. C’est à partir de ce constat que l’Association angevine du tutorat PluriPASS (2ATP) a imaginé les stages Tut’0.

Deux formules sont proposées aux élèves de Terminales et aux bacheliers souhaitant se réorienter : l’une d’une journée, d’aide à l’orientation et de découverte, organisée à la Toussaint, l’autre de quatre jours permettant de se frotter au fonctionnement de PluriPASS et aux matières enseignées. Le tout gratuitement.

Lors de la session Tut'0 de février 2019
Lors de la session Tut'0 de février 2019
Du 11 au 14 février 2019, durant les vacances scolaires, 130 jeunes ont suivi le stage de quatre jours à la Faculté de santé d’Angers, et 40 au Mans. Au programme : des cours de physique, de chimie organique, d’embryologie, d’anatomie ou encore de sociologie, des temps d’échanges avec les actuels étudiants lors des pauses repas, et un examen en conditions réelles pour la dernière journée.

« Nous leur montrons comment se passe PluriPASS, ce que c’est concrètement, et quelles matières il est important de travailler en Terminale », résume Camille Cauret, étudiante en 3e année de médecine, et l’une des vice-présidentes en charge de l’orientation au sein de 2ATP.

Stages plébiscités

À l’heure du bilan, 98 % des participants reconnaissent que le stage leur a permis d’avoir une idée plus claire du fonctionnement de PluriPASS. À l’image de Samy, qui prépare un bac S à Château-Gontier : « Cela nous permet de nous mettre dans le bain, de découvrir les cours et le fonctionnement de l’université, qui est assez différent du lycée ». « Les cours nous permettent d'apprendre pas mal de choses, et on commence aussi à se familiariser avec la ville », renchérit Coraline, de Sablé-sur-Sarthe.

Maria, elle, n’a pas hésité à venir du Maroc : « Cela m’a conforté dans mon choix de faire médecine. J’adore les notions qui sont abordées, même si certains cours étaient difficiles. Et le fait qu’il n’y ait pas que des matières scientifiques, comme de la sociologie par exemple, est un point fort. Ça nous ouvre l’esprit ».

Lancé durant l’automne 2017, le dispositif ne cesse de monter en puissance. Il a déjà attiré cette année 350 lycéens, contre 200 la première année. Une nouvelle session de quatre jours est prévue du 8 au 11 avril 2019.

En savoir plus et s'inscrire à Tut'0

Scroll