Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Nicolas Lerolle doyen - Université Angers

Il succède à Isabelle Richard

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Nicolas Lerolle, doyen de la Faculté de Santé

Nicolas Lerolle

Le professeur Nicolas Lerolle a été élu à la tête de la Faculté de santé. Il succède à Isabelle Richard, appelée à de nouvelles fonctions nationales.

Après 6 années consacrées à la direction de la Faculté de médecine puis de l’UFR Santé, la professeure Isabelle Richard a rejoint en juin 2017 le cabinet de la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, en tant que conseillère sur les formations en santé.

Pour lui succéder au poste de doyen, les membres du conseil de la faculté ont élu, le 13 juillet 2017, Nicolas Lerolle. Il sera assisté de Frédéric Lagarce, responsable du département Pharmacie de la faculté, élu vice-doyen.

Réanimateur médical

Formé à Paris à la néphrologie puis à la réanimation médicale, Nicolas Lerolle, 44 ans, est praticien hospitalier en médecine intensive-réanimation au CHU d’Angers depuis 9 ans, et professeur des universités depuis 2011. Il s’est notamment investi dans la numérisation du concours de l’internat (ECNi) et plus généralement dans la pédagogie

Depuis septembre 2015, il était directeur du département Médecine de l’UFR Santé et travaillait aux côtés du doyen Isabelle Richard. « Elle m’a appris énormément de choses », salue-t-il.

Quatre priorités

À l’aube de son mandat de 5 ans, Nicolas Lerolle s’attachera à traiter quatre dossiers prioritaires.

  • Développer le sentiment d’appartenance à la faculté et à l’UA, « pour qu'Angers augmente encore son dynamisme et son rayonnement en recherche et en enseignement », explique-t-il. « Nous avons connu beaucoup de changements ces dernières années, avec le lancement de PluriPASS, la fusion des facultés de Médecine et de Pharmacie au sein d’une même UFR… Ce qui a pu décontenancer certains collègues, qui se sont peu à peu désappropriés la structure. Je souhaite remettre du lien entre tous, que le sentiment d’appartenance ne soit pas un mot creux, et qu’une véritable dynamique collective puisse s’installer. Il faut que la faculté soit au service de tous les projets de recherche et d'enseignement qui pourront être proposés ».
  • Conduire la réforme du 3e cycle, avec la mise en place de nouvelles maquettes qui modifient les études de spécialités des internes. « Avec notamment la mise en place de critères d’évaluation des compétences et des apprentissages, indique Nicolas Lerolle. Nous y travaillons en lien avec les terrains de stage, que ce soient les CHU, les CH, etc. ». L’entrée en vigueur de la réforme sera progressive, à partir de novembre 2017.
  • Faire aboutir le rapprochement avec les Instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) et l'interprofessionnalité des études. Une première convention expérimentale, d’une durée d’un an, a été signée en octobre 2016 entre l’Université d’Angers, la Région, l’Agence régionale de santé et les Ifsi de Maine-et-Loire. Elle doit être renouvelée pour poursuivre les actions de coopération qui pourraient, à terme, mener à la création d’un département de soins infirmiers au sein de la faculté.
  • Faire des études une expérience « positive ». « Les études au sein de la Faculté de santé sont longues, difficiles, exigeantes, reconnait le doyen. Nous devons donner le moyen aux étudiants de s’approprier leurs études pour que l’acquisition des compétences nécessaires à leur futur métier soit vécue de manière positive. Plusieurs actions sont en cours : tutorats, dont certains croisés entre les différentes professions, apprentissage par simulation, accompagnement et soutien des étudiants en difficulté, interventions de santé publique auprès des collèges et lycées, amélioration du cadre de vie du Campus santé... »
*
*
*

La Faculté en chiffres

La Faculté de santé compte :

5 500 étudiants

250 enseignants et chercheurs

120 personnels administratifs et techniques.

À noter

Avant l'été, le conseil de direction a décidé d'abandonner le terme réglementaire d'UFR (Unité de formation et de recherche), pour revenir à l’appellation courante de « Faculté ». On parle donc aujourd'hui de « Faculté de santé », et non plus d'un « UFR Santé » (même si la structure juridique demeure).