Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Institut Confucius - Université Angers

France/Chine

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Un partenariat avec l'Institut Confucius

Démonstrations de calligraphie durant le Campus Day 2016

L’Esthua et l’Institut Confucius d’Angers viennent de signer un accord de partenariat prévoyant des coopérations renforcées dans le domaine de la formation, de la recherche, ou de la culture.

L’année du Coq de feu commence sous les meilleurs auspices pour l’UFR Esthua, Tourisme et culture et l’Institut Confucius. Le 27 janvier 2017, à l'aube du Nouvel An chinois, la composante de l’Université d’Angers et l’association de promotion culturelle franco-chinoise ont signé un accord qui formalise des liens qui existaient déjà ou les renforce.

Depuis plus de 15 ans, l’Esthua a développé des relations privilégiées avec la Chine, notamment avec les universités de Canton, de Ningbo, ou de Yantai, ville jumelée à Angers. Chaque année, elle accueille près de 400 étudiants originaires de ce pays. En parallèle, « une quarantaine d’étudiants français de chaque niveau de licence apprennent le mandarin, note le géographe Benjamin Taunay, enseignant-chercheur à l'Esthua, spécialiste du tourisme chinois. Nous avons également un parcours de master consacré au marché émergent du tourisme que représente la Chine ».

Philippe Violier (à gauche) et Benoît Pilet (à droite) ont symboliquement conclu l'accord au moment même du passage à la nouvelle année chinoise
Dans ce contexte, les interactions se sont multipliées avec l’Institut Confucius des Pays de la Loire, basé à Angers depuis 2009. Il forme chaque année plus de 200 personnes au mandarin, « à un tarif volontairement attractif de 2,50 euros l’heure de cours », relève Gildas Lusteau, directeur français de l'association qui met également en place des découvertes de la calligraphie, de la peinture chinoise, et offre une abondante programmation culturelle (conférences, expositions, cinéma, théâtre, etc.)

Projets communs

L’accord conclu entre les deux structures, représentées vendredi par Philippe Violier, directeur de l'Esthua, et Benoît Pilet, président de l'Institut Confucius, vise à développer les projets communs. Sont notamment prévus :

  • Au titre de la pédagogie : les étudiants qui réalisent des travaux (mémoires) sur des thématiques liées à la connaissance des populations et cultures chinoises pourront solliciter l’Institut, et avoir accès à sa bibliothèque de 1500 ouvrages. L’Institut pourra même suggérer des sujets d'études. Les étudiants seront alors encadrés par un binôme composé d’un enseignant ou enseignant-chercheur de l’Esthua et d’un responsable de l’Institut. L’Esthua aura également la possibilité de faire appel à son partenaire pour des interventions ponctuelles dans les enseignements, pour des conférences thématiques par exemple.
  • Recherche : l'accord prévoit l'organisation de séminaires intéressant les deux parties. Des projets de collaboration pourront être mis en œuvre, par exemple, dans le cadre d’appels à projets ou pour le financement d’actions de recherche.
  • Méditation : des conférences communes à destination du grand public ou des professionnels devraient être programmées.
  • Culture : des rencontres avec des artistes ou des professionnels de l’ingénierie interculturelle, ainsi que des résidences d’artistes sont envisagées.

En savoir +


Le détail des missions et de la programmation de l'Institut Confucius des Pays de la Loire est disponible en ligne sur le site de l'Institut.