Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Labo sonore - Université Angers

Labo sonore

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Le labo sonore

visuel du labo sonore

Le Labo sonore est un atelier de musique d’improvisation libre qui s’adresse à tous les musiciens de tout niveau, de tout style et jouant de tout type d’instrument. C’est un dispositif d’accompagnement en musiques actuelles qui se déroule au « Qu4tre » de l’UA où dans les locaux de répétition du CCR. Ces ateliers de pratique et d’expérimentations musicales peuvent être complétés par des Masters-Class tout au long de l’année (sur plusieurs jours).

 

 LE PROJET

Il s’agit donc d’un atelier protéiforme qui a comme objectif concret de créer une grande pièce musicale pouvant être multimédia, de 45min (équivalent à une 1ère partie) composée de plusieurs mouvements.

« C’est par la rencontre de ce collectif et par un travail sur un grand nombre de concepts qu’un propos artistique cohérent et unique pourra aboutir », explique Sylvain Harrand, professeur au conservatoire à rayonnement régional qui encadre les artistes en devenir.

« Improviser met en exergue toutes les compétences que le musicien a en sa possession au moment de sa réalisation. Cela l’emmène à se dépasser, à réfléchir, à se concentrer, à réagir, à apprendre... », précise-t-il.

 

Bach et Lady Gaga

Un grand nombre de notions y sont abordées, comme par exemple : une écoute collective et individuelle, le regard, le geste et la communication, un travail sur le (les) rythme(s), sur le son, sur différents concepts de l’harmonie, de la mélodie, sur la lecture / l’écriture, sur la forme musicale, etc.

« Ce nouveau dispositif permet de créer des rencontres qui n’auraient peut être pas eu lieu, de métisser, mélanger les parcours de chacun, sans idée reçue. Il permet aussi d’ouvrir le champ auditif du musicien puisque que l’on peut aussi bien aborder Bach que Sepultura, Stockausen que Lady Gaga » confie Sylvain.