Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Résidence Thiou - Université Angers

Résidence d'artiste

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page
  • Commenter cette page

Simon Thiou, plasticien en résidence à l’IUT

Simon Thiou, à l'IUT

Pour la 3e année consécutive, l’Université d’Angers accueille un artiste en résidence, avec le concours du Fonds régional d’art contemporain (Frac) des Pays de la Loire. Depuis septembre, Simon Thiou a pris ses quartiers à l’IUT et prépare l’exposition qui sera présentée à la Galerie 5 à compter du 7 décembre 2017.

Depuis la rentrée, Simon Thiou passe deux jours par semaine au sein des locaux de l’IUT et de son département Génie électrique et informatique industrielle (GEII). Installé à Nantes, il a trimballé sur le campus Belle-Beille son nécessaire de survie : ordinateur portable, visseuse, scie circulaire, rallonge… tout l’outillage de base qui lui permet d’imaginer ses futures créations. « Mes sculptures sont toujours du bricolage », lâche modestement le jeune homme de 29 ans, natif de Tours.

Simon Thiou joue avec l’architecture, avec les matériaux, ceux de construction notamment. « Certainement un reste de mes premières études en génie civil », s’amuse celui qui est sorti diplômé il y a 5 ans de l’École supérieure des beaux-arts TALM-Angers.

Ses installations, à l’esthétique futuriste, s’articulent autour d’imposantes sculptures, mais l’image est également souvent présente. Le but du plasticien :« Essayer de proposer une autre manière d’interagir avec un espace. Quand je fais une exposition, j’aime bien que le visiteur ait la sensation d'être ailleurs. L’art, pour moi, permet d’inventer des espaces, de mettre en place des zones parallèles qui vont emmener le spectateur vers une exploration, un voyage personnel ».

Plongée dans les ardoisières

Pour chaque exposition, Simon Thiou s’adapte au lieu et à son environnement. Lors de sa résidence à l’IUT, et en prévision de l’exposition qui sera présentée à la BU Belle-Beille, il s’est plus particulièrement intéressé aux ardoisières de Trélazé, à travers des recherches et des rencontres.

Rien n’est encore totalement figé. Le résultat final sera à découvrir à partir du 7 décembre 2017 et pour 3 mois à la Galerie 5. Son travail sera accompagné d’une sélection d’œuvres qu’il puisera dans la collection du Frac des Pays de la Loire.

 

Lors de sa résidence, Simon Thiou a présenté sa démarche artistique aux 110 étudiant·e·s de 1re année du DUT Génie électrique et informatique industrielle. Depuis la rentrée, ceux-ci travaillent sur la notion de créativité, dans le cadre d’un cours d’expression et de communication piloté par Peggy Raffy-Hideux. Seuls ou à plusieurs, tous ont dû imaginer et mettre au point une courte performance artistique. Les meilleures seront présentées le 22 novembre, à l’Espace culturel. Le public et un jury présidé par Simon Thiou voteront pour leurs prestations préférées. 

*
*
*