Aller au contenuAller au menuAller à la rechercheAller à la page d'actualités

Michel Tournier - Université Angers

Disparition

  • Partager la page sur les réseaux sociaux
  • Envoyer cette page par mail

    Envoyer par mail


    Séparés par des virgules
  • Imprimer cette page

Michel Tournier, une œuvre, un fonds

Portrait de Michel Tournier

L’écrivain Michel Tournier, dont la Bibliothèque universitaire d'Angers conserve une partie des archives, s’est éteint ce 18 janvier2016, à l’âge de 91 ans, chez lui à Choisel.

Neuf romans pour adultes et enfants, une poignée de recueils de contes et nouvelles, quelques essais : ce n’est pas par la quantité de sa production que Michel Tournier s’est imposé comme l’un des auteurs majeurs de la seconde moitié du XXe siècle. Trois œuvres en particulier ont marqué la littérature française : Le Roi des Aulnes, prix Goncourt en 1970, le best-seller Vendredi ou la vie sauvage (1971), adaptation pour la jeunesse de Vendredi ou les limbes du Pacifique, et Les Météores (1975). Dans chacun de ces titres devenus des classiques se retrouve « la marque de fabrique » de Michel Tournier : la réinterprétation de mythes (le mythe de l'ogre dans l'Europe nazie dans Le Roi des Aulnes, celui de Robinson Crusoé dans Vendredi, le mythe de Castor et Pollux dans Les Météores, des rois mages dans Gaspard, Melchior & Balthazar, de Barbe-Bleue et Gilles de Rais dans Gilles et Jeanne…)

Une spécialiste reconnue

Dès le milieu des années 1980, Arlette Bouloumié, agrégée de lettres modernes, s’intéresse à l’œuvre de Tournier. En 1988, elle signe un premier ouvrage, Michel Tournier, le roman mythologique, et anime 2 ans plus tard le premier colloque international dédié à l’écrivain. Devenue professeure de littérature moderne à l’Université d’Angers en 1994, elle fait intervenir cet orateur hors pair à l’UA, lors d’une conférence annuelle, de 1998 à 2007, avant que celui-ci ne cesse de s’aventurer hors de Choisel et de la vallée de Chevreuse.

Spécialiste reconnue, Arlette Bouloumié, qui dirigea le Ceriec de 2001 à 2010, poursuivra des années durant son exploration des multiples facettes de l’auteur. Elle organise en 2011 sur le campus Belle-Beille un colloque consacré à « la réception de Tournier à l’étranger », puis, en 2015, à l’occasion de son 90e anniversaire, un second sur la « Modernité de Michel Tournier », s'intéressant notamment à la seconde partie de son œuvre, « où il délaisse les grands romans pour une écriture brève et sobre », analyse Arlette Bouloumié à l'origine de l'édition durant l'été 2015 d'un recueil de correspondance de Tournier (Lettres parlées à son ami allemand Hellmut Waller).

France Chabod veille sur le fonds Michel Tournier
Fonds documentaire

Le travail de l’enseignante-chercheuse et les liens personnels qu’elle entretenait avec l’homme de Choisel sont à l’origine de la création du fonds Michel Tournier, en 1996. À compter de cette date, l’écrivain confie régulièrement à la BU d'Angers une partie de sa bibliothèque personnelle, sa correspondance avec des personnalités (Jacques Chirac, Guy Béart, Edmonde Charles-Roux………) mais aussi avec des anonymes (des écoliers, notamment, nombreux à étudier Vendredi).

Enrichi d’année en année, le fonds compte aujourd’hui 630 ouvrages, signés Michel Tournier (avec des traductions en 33 langues en japonais, en russe, etc.) ou dans lequel son nom apparaît (livres, mémoires…). On y trouve également des articles, des enregistrements audios ou sonores, des photographies, l’une des passion de Tournier. Cette documentation attire des chercheurs et traducteurs venus du monde entier. « Nous sommes devenus la bibliothèque de référence », confirme France Chabod qui veille sur les 65 fonds d’archives spécialisés de la BU (Bazin, Gracq, archives du féminisme…).

 

En 2013, la BU a consacré un court film à Michel Tournier et à l'intérêt du fonds éponyme :

En savoir plus sur le fonds Tournier

Le détail du fonds Michel Tournier conservé à Angers est disponible en ligne :